Camp Claude – Hurricanes

Il est des voix qui vous saisissent instantanément, auxquelles il suffit de fredonner trois notes pour capter l’attention. Sans puissance ni prouesse technique particulière à la Adèle, sans théâtralité à la Barbara, simplement parce qu’elles ont ce grain, ce phrasé, cette petite chose en plus : Sade, Beth Gibbons (Portishead), Lana Del Rey, Camélia Jordana, voire Valérie Leulliot (Autour de Lucie)

Diane Sagnier pourrait bien être de ces voix. Photographe à l’origine, on ne peut que se féliciter que deux membres de Tristesse Contemporaine l’aient convaincue de troquer pour quelques temps son appareil photo pour un micro afin de former Camp Claude.

Sans album à son actif, juste un EP prometteur, on attend avec impatience la suite des aventures de ce groupe Franco-Americano-Anglo-Suédois (ce qui est déjà pas mal pour un trio)

Ecouter sur Deezer

Pour terminer de vous convaincre du potentiel de Camp Claude, un autre titre beaucoup plus new wave, intéressant lui aussi et qui a disputé à Hurricanes l’intitulé de cet article (…et l’a perdu en raison du sponsoring un peu envahissant de Microsoft dans le clip, et du fait que le titre semble n’avoir été actuellement sorti que sous la forme de cette vidéo). Il s’agit de New York City :

Portico – 101 (album: Living Fields)

Son percussionniste joueur de hang ayant fait défection alors que celui-ci remplaçait déjà un premier percussionniste, Nick Mulvey, parti pour une aventure folk en solo, Portico Quartet a donc décidé de rester à trois et de supprimer le désormais inadapté terme Quartet de son nom pour devenir simplement Portico. C’est sous ce nom qu’ils ont livré leur dernier album Living fields, passant du label Real World de Peter Gabriel à Ninja Tune (une référence en matière de musique électronique). Car privé de son percussionniste, le groupe délaisse un peu ses tendances jazz pour aller vers plus d’électronique (qui n’était cependant pas totalement absente des albums précédents). Habitué des instrumentaux, Portico invite sur ce nouvel album divers chanteurs, dont celui d’un des groupes les plus intéressants à avoir émergé ces dernières années : Alt-J. Cette collaboration a donné naissance à des titres tels que l’hypnotisant 101:

Ecouter sur Deezer

Saycet – Mirages (acoustic version)

J’ai déjà parlé de Saycet, orfèvre de la musique électronique française injustement méconnu, à l’occasion d’un EP préludant à la sortie de son troisième album Mirages (même si on peut lui préférer son prédécesseur, Through the window, à écouter absolument). Vient de sortir un nouvel EP qui y fait suite, et qui inclut une version acoustique du titre éponyme du dernier album, l’occasion d’écouter la délicate musique du parisien dans un contexte différent de celui des machines.

Ecouter sur Deezer

On trouve également sur le net une version live enregistrée sur un toit de Paris:

Ecouter d’autres titres du même style

Jeanne Added – Look at them (album: Be sensational)

Formée au chant lyrique et au violoncelle au conservatoire, Jeanne Added passe ensuite par le jazz avant de se lancer en solo dans un registre très électronique (tendance 80’s new wave / cold wave), notamment à l’occasion d’une résidence remarquée aux Transmusicales 2014. Produit par Dan Lévy (la moitié masculine de The Do) son premier album s’intitule Be Sensational, et si Look at them n’en reflète pas la dureté et la noirceur qui s’en dégage parfois, elle met en lumière l’indéniable talent vocal de son interprète.

Ecouter sur Deezer

En concert le 22 octobre à l’Ubu à Rennes…

Portishead – Undenied

Bon point orSuite de la série inspirée par la playlist de grève de France Info : la diffusion du titre n°2 (All mine) du deuxième album de Portishead, album dont je n’apprécie pas la couleur sonore très froide, m’invite à partager ici le titre suivant de ce même album, Undenied. Une chanson qui, par sa mélancolie plus douce, n’aurait pas détonné au sein du premier opus de Portishead dont, vingt ans après, je me rappelle encore précisément la première écoute tellement elle fut une révélation musicale pour moi.

Avec seulement trois albums au compteur en vingt ans, chacun plus difficile d’accès que le précédent, on ne peut pas dire Portishead ait cherché à surfer sur le succès de leur coup d’essai (et coup de maître) Dummy. C’est peut-être aussi cette intégrité et cette parcimonie dans la production qui fait que chaque apparition du groupe reste un événement, alors qu’ils n’ont publié qu’un seul album ces dix-sept dernières années.

Et puis bien sûr, il y a cette voix, la voix à fleur de peau de Beth Gibbons qui vous met les tripes sens dessus-dessous…

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style

Björk – Stonemilker (album: Vulnicura)

Bon point argentOn avait adoré quand Björk avait sorti les violons pour nous parler de sa meilleure amie dans Joga (Homogenic – 1997)

On adore de nouveau lorsqu’elle les ressort pour nous parler de son amour perdu dans Stonemilker, premier titre de son nouvel album Vulnicura.

On aurait aussi adoré vous faire partager facilement cette magnifique chanson de cette artiste unique, malheureusement Björk ne nous facilite pas la tâche, à nous autres passeurs de musique : celle-ci a en effet refusé que son nouvel album figure sur les plateformes de streaming (ceci dit, il est vrai que la rémunération des artistes y est anecdotique), et si le titre bénéficie bien d’un clip, celui-ci est en 3D immersive est n’est visualisable qu’avec un casque Oculus Rift. Pas la peine de le chercher sur Youtube, donc, ni sur Vimeo où vous risquez d’atterrir sur un clip non-officiel (supposément de danse contemporaine, puisqu’un chorégraphe est cité dans les crédits) où un monsieur tout nu et filmé en noir et blanc se roule dans la boue et fait le poirier le zizi à l’air ce qui, disons-le tout de go, n’aide pas à se concentrer sur la beauté du chant de l’Islandaise(*)

Ne reste donc plus que Grooveshark (la plateforme de streaming qui se veut légale selon ses fondateurs, mais qui croule néanmoins sous les procès des majors) ou d’éphémères liens sur Youtube avec la pochette du disque en guise de clip.

Ecouter sur Grooveshark

Et si vous voulez la voir en concert, sachez que Björk fait deux dates en France cet été, dont la Route du Rock le 15 août à Saint Malo (l’autre concert, en juillet à Lyon est déjà complet)

Ecouter d’autres titres du même style

(*)Allez, pour ceux qui veulent rigoler un coup, je vous mets le lien, mais je vous en conjure, si vous vous en servez pour écouter la chanson, éteignez votre écran.

Sohn – Tempest (album: Tremors)

Chose promise, chose due, je colmate la brèche laissée dans la couverture des événements musicaux de 2014 par l’absence d’une mention de l’album Tremors de Sohn.

Si vous aimez James Blake, sa voix de tête et son électro mélancolique, vous aimerez Sohn, anglais solitaire expatrié en Autriche et signé par 4AD (label mythique des années 80-90 qui, après un assez gros passage à vide, commence à retrouver du flair malgré le départ de son fondateur Ivo Watts-Russel)

Son premier album Tremors commence comme ça :

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

…si ça ne vous donne pas envie d’écouter la suite…

Ecouter d’autres titres du même style

Camelia Jordana – Retrograde

Je n’apprécie pas forcément plus que cela le style musical de certaines chansons du répertoire de Camelia Jordana, mais force est de reconnaître que la jeune femme a une voix incroyable. Alors quand elle reprend ce qui est probablement mon titre préféré de James Blake, cela donne cette petite merveille :

Ecouter sur Deezer

Saycet – Volcano

Il est parfois des secrets bien gardés : Saycet est un musicien électro parisien dont la notoriété n’est définitivement pas à la hauteur du talent. Souvent comparé par le passé à Boards of Canada pour la musique contemplative qu’il (auto-)produit, Saycet est de ceux qui, à l’instar de l’un peu moins confidentiel Chapelier Fou, peuvent faire apprécier la musique électronique à ceux qui croient qu’elle se résume à des poum-tchak-poum-tchak pour dancefloor : non, il existe de nombreuses formes d’électro, et certaines n’ont rien à envier à d’autres styles musicaux en terme de finesse et d’émotion. Ce nouvel EP, annonçant un (troisième) album pour l’année prochaine, en est l’exemple. A l’écoute des trois titres qui constituent l’EP, on attend l’album avec hâte.

Ecouter sur Deezer

Ecouter d’autres titres du même style

Zend Avesta (Arnaud Rebotini) – One of these days

Bon point argentGodforsaken roads, second album du groupe Black Strobe, est sorti le 6 octobre. Black Strobe est un groupe au style hybride, qu’on pourrait qualifier d’électro-blues, et que je goûte avec modération. Disons que n’ayant pas du tout aimé leur premier album, j’ai néanmoins été agréablement surpris par le second qui, aussi intéressant qu’il soit dans sa manière de croiser les styles, ne reste pas forcément ma tasse de thé. Et si ce n’est pas du thé, mieux vaut consommer avec modération, nous dit le Ministère de la Santé. Alors pourquoi en parler? Car derrière Black Strobe se cache Arnaud Rebotini, et que cette actualité est un bon prétexte pour évoquer ce grand bonhomme (au sens propre comme au figuré) à la curiosité musicale insatiable. Outre Black Strobe, Arnaud Rebotini officie en son nom propre, sous lequel il livre d’intéressants morceaux électro enregistrés grâce à sa collection de synthés vinage, ainsi que sous le nom de Zend Avesta, pseudonyme sous lequel il a commis en 2000 un magistral (et malheureusement unique) album qui lui vaut mon estime éternelle : Organique.

Classé dans le rayon « musiques électroniques », Organique, comme son nom l’indique, n’est pourtant que très peu synthétique : pas d’ordinateur, beaucoup d’instruments classiques… C’est surtout un album très audacieux, à la frontière entre pop et musique contemporaine (John Adams, Steve Reich, Karlheinz Stockausen), et on ne voit guère que l’immense et regretté Alain Bashung, avec son album L’imprudence, pour avoir réalisé un tel mélange avec autant d’ambition et de réussite. Autre point commun entre ces deux albums : Bashung justement, qui apparait également sur Organique, posant sa voix sur le titre Mortel battement / Nocturne.

Il semble que la réalisation d’Organique ait été rendue très compliquée par le décalage entre l’ambition du projet et son budget, ce qui peut expliquer que l’expérience Zend Avesta en soit malheureusement restée là, interrompue à la faveur d’un retour aux musiques plus synthétiques (ou mâtinées de rock chez Black Strobe). Dans l’actualité musicale d’Arnaud Rebotini figure néanmoins la BO du film Eastern Boys, dans laquelle quelques titres renouent avec le style Zend Avesta : faut-il y voir une raison d’espérer? Arnaud, si tu nous lis…

En attendant ce très hypothétique retour du plus talentueux des alter-egos d’Arnaud Rebotini, écoutons One of these days, chanson extraite d’Organique sur laquelle l’ex-chanteuse de Gus Gus, Hafdis Huld, vient poser sa voix douce sur des arrangements qui ne sont pas sans rappeler des pièces de Steve Reich telles que Eight lines.

 

Ecouter sur Deezer

Plaid – OH (album: Reachy prints)

Le duo britannique Plaid est un des précurseurs de la musique électronique. Hébergé par le label Warp, probablement le plus prestigieux et intéressant de la musique électronique dite « intelligente », et qui possède d’autres artistes phares de ce style tels qu’Aphex Twin ou Boards of Canada, Plaid a toujours délivré une musique qui lui est propre et dont on reconnait les sonorités et les constructions dès les première secondes. S’ils innovent moins qu’à leur début, leur dernier album en date recèle quelques bons titres, à l’image de ce OH qui ouvre en beauté leur nouvelle livraison Reachy Prints.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style

Fakear – La lune rousse (EP: Sauvage)

En écho au Angel Echoes de Four Tet et à ses collages de voix féminines, qui faisaient l’objet de l’article précédent, voici La lune rousse, titre reposant lui aussi sur un montage vocal lancinant.

Ce morceau est l’oeuvre de Fakear : remarqué aux Transmusicales 2013, et figurant au palmarès du prix ADAMI Deezer 2014, le jeune caennais est une des sensations françaises de l’année dans le petit monde de la musique électronique. Pas encore d’album au compteur, mais trois EPs remarqués dont le dernier en date, Sauvage, s’ouvre sur ce titre.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style

Four Tet – Angel Echoes (Album: There is love in you)

Dans la continuité de l’article précédent, qui faisait mention de Four Tet aux manettes du nouvel album solo de Neneh Cherry, retrouvons celui-ci œuvrant cette fois pour son propre compte. Four Tet, de son vrai nom Kieran Hebden, est un producteur anglais de musique électronique qui officie depuis une quinzaine d’années dans un style assez posé, s’appuyant sur des samples hip-hop, jazz, voire folk (certains de ses titres peuvent être rattachés au courant folktronica)

Angel Echoes est le morceau introductif de son album There is love in you paru en 2010. Construit autour d’un collage de voix féminines joué en boucle, ce titre dégage une atmosphère qui lui donne une identité forte et l’envie de l’écouter… en boucle.

Note: la quasi-intégralité de la discographie de Four Tet ayant récemment disparu de Deezer, et la version originale du morceau (de nombreux remixes existent) semblant illisible sur Grooveshark, nous aurons donc reours à Youtube pour écouter ce titre (en espérant que leur conflit en cours avec certains labels indépendants ne le fera pas disparaître sous peu de la plateforme de vidéo en ligne)

Ecouter d’autres titres du même style

Neneh Cherry – 422 (Album: Blank Project)

Le nom de Neneh Cherry renvoie immanquablement aux années 90 : c’est en effet à cette époque qu’elle signe quelques tubes planétaires, dont le fameux 7 seconds en duo avec Youssou N’Dour, avant de disparaître du paysage musical. Depuis, la chanteuse suédoise s’était faite discrète.

Pour son retour en solo vingt ans après ses années de gloire, Neneh Cherry, dont on ne contestera pas les goûts en matière de musique électronique (elle et son mari contribuèrent fortement au lancement de Massive Attack), a eu la pertinente idée de confier la production de son album à Kieran Hebden, alias Four Tet, pseudonyme sous lequel le musicien britannique officie depuis une quinzaine d’année.

Entre la toujours belle et chaude voix de Neneh Cherry et les arrangements plus froids qu’à son habitude élaborés par Four Tet, une intéressante alchimie se produit. Avec sa musique moins martiale que le reste de l’album, le titre 422 n’en est probablement pas l’exemple le plus représentatif, mais il n’en est pas moins une réussite.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style

Slim – Water

Dans les années 90, naquit et mourut un label anglais de musique électronique/ambient, nommé em:t. Créé en 1994 comme une division du label orienté house t:me Recordings, il disparut en 1998 suite à la faillite de sa maison mère. Pendant sa courte existence, ce label se fit remarquer par son style typique aussi bien au niveau musical que visuel. Les pochettes d’album étaient notamment reconnaissables grâce à la nomenclature adoptée par le label : en haut à droite figurait le nom de l’artiste suivi du « titre » de l’album, ce dernier consistant en un nombre à quatre chiffres qui indiquait que le disque était la nième parution de telle année. L’unique album de Slim, dont nous écouterons le titre Water, longue plage envoûtante de plus de 10 minutes, fut par exemple le premier opus sorti par le label en 1997 : Slim

Ecouter sur Grooveshark

Grimes – Genesis

Soldes 2012, ça continue :

Grimes, de son vrai nom Claire Boucher, est une des sensations qui agitait ces derniers temps le microcosme de la musique électronique. Après avoir lu un article à son sujet, je m’étais empressé d’écouter son premier véritable album (du moins le premier véritablement distribué… tiens, par 4AD, encore eux!) pour finalement me dire : « tout ça pour ça »… Ce n’est qu’en réécoutant récemment quelques-uns de ses titres que je n’ai plus réussi à me sortir l’un deux de la tête. Le clip… bizarre y est peut-être également pour quelque chose, mais pas seulement.

Claire Boucher est une jeune canadienne de 25 ans, élevée dans une famille catholique stricte jusqu’au jour où elle découvre Marilyn Manson et décide de changer de look, passant de la jupe plissée au crâne rasé et maquillage noir. L’itinéraire de la jeune femme est longuement raconté sur l’instructive page Wikipedia qui lui est consacrée.

Se disant influencée par un peu tout (Aphex Twin, Cocteau Twins, Nine Inch Nails, Enya, Portishead, voire Beyonce et Justin Bieber), elle livre une musique électronique aux sons parfois carrément cheap (on dit lo-fi, ça fait mieux) mais qui font partie intégrante de son style… et collent plutôt bien à la mode synthpop 80’s du moment, même si la demoiselle semble suffisamment barrée pour qu’on ne la soupçonne pas d’arrière-pensées mercantiles. C’est également elle qui réalise ses clips qui, s’ils sont parfois également un peu cheap (Grimes est dans une démarche « Do It Yourself », pas de superproduction) voire à la limite du ridicule, diffèrent assez radicalement de ceux de, disons, Hélène Segara. Je vous laisse juger… Quant à la chanson, force est de reconnaître qu’elle est assez addictive.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style

PS: Grimes n’est pas la chose à talons compensés habillée en papier alu, c’est la blondinette à couettes.

Purity Ring – Fineshrine

Continuons de solder les titres qu’il fallait écouter en 2012, avec une fois de plus une production 4AD, qui a lancé l’an dernier un duo electro-pop canadien du nom de Purity Ring. Fineshrine est le second single de leur premier album intitulé Shrines.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style

Colleen – Summer water

458px-Colleen_(24aprile08)_@_LomaxC’est certes la rentrée, mais techniquement nous sommes encore en été… Ecouter Summer water de Colleen est donc toujours d’actualité…

Professeur d’anglais de son état, Colleen (de son vrai nom Cécile Schott), qui a fini par quitter l’Education Nationale pour se consacrer pleinement à la musique l’année de la sortie de son quatrième opus, est une compositrice française qui construit sa musique en samplant* nombre d’instruments acoustiques avant d’en assembler les sons pour constituer des morceaux. Elle définit elle-même sa musique comme de la minimal acoustic music.

*Anglicisme barbare, disons plutôt en « échantillonnant » pour parler correctement la langue de Molière, même si le mot « échantillonneur » ne faisait certainement pas non plus partie du vocabulaire de celui-ci, son collègue Lully étant assez peu versé dans l’électro

Le résultat ne passera jamais sur NRJ, mais produit des atmosphères et des textures sonores fort plaisantes et propices à la méditation. Il suffit de se laisser porter…

Summer water est le premier titre de son deuxième album, The golden morning breaks, paru en 2005, que j’ai classé dans la catégorie Musiques Electroniques du fait de l’utilisation de intensive de l’informatique dans son élaboration, même si toutes les sources sonores y sont acoustiques.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Yazoo – Don’t go

La pop électronique / new wave des années 80, longtemps ringardisée par ses sons désormais considérés comme naïfs, vit un surprenant retour en force, avec moult artistes pompant outrageusement les sonorités de l’époque. Tant et si bien qu’il sort aujourd’hui nombre d’albums qu’on pourrait croire publiés en 1982 (Lescop, Juveniles, Tristesse contemporaine, La Femme… voire Austra -plus intéressant à mon goût- dont j’ai parlé la semaine dernière). Se nourrir d’influences pour élaborer son propre style, c’est bien, se contenter d’un copier/coller comme le font certains a moins d’intérêt : dans ce cas, autant écouter the real thing, à savoir les titres de l’époque. Ce que nous allons faire, avec ce vieux tube de Yazoo, qui n’a pas fait énormément d’autres choses inoubliables que ledit tube, mais qui, ne serait-ce que pour ce titre, a bien fait d’exister. Il y a un autre bénéfice à l’existence de Yazoo : le groupe a été créé par Vince Clark suite à son départ de Depeche Mode, dont il était le compositeur du premier album. Et ce départ a probablement été le plus grand service que Vince Clark ait rendu à Depeche Mode, laissant la place vacante de compositeur à Martin Gore, qui emmènera le groupe dans des directions beaucoup plus innovantes et audacieuses que ce que Clark aurait probablement fait : « Just can’t get enough » (Clark), c’est gentiment efficace, mais on est bien loin du niveau de ce que Gore a pu livrer par la suite : « Blasphemous rumours », « Stripped », « Shake the disease », « Never let me down again », « Enjoy the silence », etc.

Ecoutons donc « Don’t go », qui doit autant aux synthés de Vince Clarke qu’à la voix profonde d’Alison Moyet.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style

Austra – Painful like

Le morceau du jour est un titre du nouvel album d’Austra, sorti il y a quelques semaines. Si l’atmosphère synthétique époque new wave est toujours présente, ce deuxième opus délaisse cependant les ambiances darkwave du premier album Feel it break (paru en 2011) au profit d’arrangements un peu plus légers et dansants. Sur Olympia, le groupe de Toronto fait la part belle aux sons analogiques enregistrés live, mais si le style musical a évolué entre leurs deux albums, on reconnaitra sans peine le côté mélancolique du trio porté par la voix si caractéristique de Katie Stelmanis, chanteuse de formation classique qui a délaissé le chant lyrique pour se consacrer à la pop électronique.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Ecouter d’autres titres du même style