Manu delago – Mono desire

Cela fait des années que je voulais faire un article sur un instrument créé dans les années 2000, le hang drum, et un de ses virtuoses : Manu Delago. A tel point que je pensais l’avoir déjà écrit. Comme il s’avère que ce n’est pas le cas, sa venue à l’Antipode à Rennes dimanche prochain est donc l’occasion de rattraper le temps perdu.

Si j’ai déjà fait allusion à cet instrument dans des posts précédents, le sujet du jour est une pièce pour hang composée et interprétée par Manu Delago, spécialiste de l’instrument qui a notamment officié avec Björk lors de sa dernière tournée (Biophilia)

Si je n’apprécie guère le son des steel drums, instrument caribéen dont le hang s’inspire, je trouve qu’il se dégage au contraire du hang une atmosphère très intéressante. Mono Desire, titre où Manu Delago joue de deux hangs à la fois et montre l’étendue de sa technique, est également un morceau particulièrement envoûtant, dont je vous laisse apprécier l’interprétation live sur un plateau de France 2.

 

Ecouter sur Deezer

Cliff Martinez – First sleep (BO Solaris)

Bon point argentS’il est un film dont la musique participe fortement à l’atmosphère qui s’en dégage, c’est bien Solaris de Steven Soderbergh (2002). Remake réussi du grand classique d’Andrei Tarkovski (1972) que tout bon cinéphile se doit d’avoir vu, le Solaris de Soderbergh doit beaucoup à la BO de Cliff Martinez, ancien membre des Red Hot Chili Peppers (sa musique n’a plus rien à voir avec celle du groupe) et compositeur fétiche de Soderbergh. C’est d’ailleurs également ce qu’en pense Cliff Martinez lui-même, la considérant comme sa musique de film la plus réussie.

Si la BO de Solaris évoque beaucoup le son du hang drum, une percussion très intéressante inventée par une petite entreprise suisse dans les années 2000 (et dont je vous ferai écouter un de ces jours un morceau d’un virtuouse de l’instrument), il semblerait que Cliff Martinez ait en realité fait appel à un gamelan (orchestre balinais) pour l’interpréter. De ces percussions mélodiques, passées dans des delays et complétées d’un orchestre, il résulte une musique hypnotique, à l’image des héros du film sous l’emprise de la planète Solaris autour de laquelle ils gravitent, un musique à la fois ample comme l’espace qui les entoure et étouffante comme le vaisseau dans lequel ils sont confinés.

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

Portico Quartet – Dawn patrol

La sortie du nouvel album éponyme de ce quartet londonien est l’occasion de présenter cette formation de jazz, constituée d’un batteur, d’un contrebassiste, d’un saxophoniste, et d’un percussionniste jouant principalement du hang, un instrument inventé au début des années 2000 par une petite société suisse. Outre la qualité intrinsèque de la musique de Portico Quartet, j’avoue un faible pour cet instrument, probablement dû à la manière dont je l’ai découvert : une vidéo d’un (très bon) joueur de hang interprétant seul (mais avec deux hangs) une composition qui m’avait beaucoup plu… et qui aura droit à son article.

La discographie de Portico Quartet compte trois albums à ce jour, le dernier introduisant un peu d’électronique dans une musique jusque là purement acoustique. « Dawn patrol » est extrait de leur deuxième opus intitulé Isla, enregistré dans le mythique studio d’Abbey road (l’antre des Beatles) et sorti en 2009 chez Real World, le réputé label de Peter Gabriel (plutôt spécialisé dans la world music) dans le studio duquel l’album a été mixé. Particularité de ce studio : situé en pleine campagne dans un ancien moulin à eau, un sol vitré permet d’y contempler la rivière coulant sous ses pieds…

Ecouter sur Deezer | Ecouter sur Grooveshark

… ou en version live (même si le saxophoniste part un peu trop en free jazz à mon goût pendant son solo…)

Ecouter d’autres titres du même style