Tears for fears – The tipping point

Habiles utilisateurs des premiers synthétiseurs numériques (Fairlight, DX7…), mélodistes doués et bons chanteurs aux voix complémentaires, les Tears for Fears ont écrit quelques-un des plus gros tubes du milieu des années 80, Shout se rangeant au côtés des Such a shame de Talk Talk, Relax de Frankie Goes To Hollywood ou encore Smalltown boy de Bronski beat.

Après quelques virages stylistiques, un succès déclinant, un éclatement (puis une réconciliation) du groupe, ils étaient un peu sortis des radars depuis le milieu des années 90.

A l’aube de la soixantaine, Roland Orzabal et Curt Smith sont de retour avec un nouvel album. Si certains sons renvoient à une époque révolue, Tears for fears a quand même su un peu actualiser son style. Mais alors qu’un album tel que Songs from the big chair avait fait souffler un vent de nouveauté sur le paysage sonique de l’époque, il ne faut rien espérer d’inouï à l’écoute de The tipping point. C’est certes le cas de nombreuses productions, mais la barre est forcément placée plus haut quand on a commis un des albums pop majeurs des « mid-eighties ». Il n’en reste pas moins que le duo n’a perdu ni sa voix ni son sens de la mélodie, et c’est déjà bien suffisant pour rendre un titre tel que le single The tipping point, qui donne son nom à l’album, efficace et plaisant à écouter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s